Le Protestantisme

Le protestantisme en Cévennes 

La Réforme venue de Genève par des marchands suivis par des pasteurs s'est implantée très tôt dans les Cévennes, et particulièrement à Anduze où une église fut "érigée" en 1560, du fait de la conversion de la plupart des habitants. Après de nombreux troubles dus aux guerres de religion une certaine paix fut rendue possible par l'Edit de Nantes promulgué par Henri IV en 1598. Mais son assassinat relança les hostilités, et progressivement le Languedoc devint la dernière province protestante, et les Cévennes le dernier réduit.
Dans les années 1620, le duc de Rohan, général en chef des protestants, choisit Anduze pour être son quartier général, ce qui fit de cette petite ville un centre militaire important, avec tout ce que cela représente de charges et de tourmentes. D’importants remparts furent construits puis détruits au gré des victoires ou des défaites, endettant les habitants pour de nombreuses années. Finalement les protestants durent céder à Louis XIII et Richelieu, par la « Paix d’Alais » en 1629, signant ainsi la fin du rôle politique des protestants et le début d’une longue répression. Les remparts d’Anduze durent être détruits par ses propres habitants, la peste s’en mêla, la mort et la misère régnèrent sur tout le pays.

La révocation

Sous le règne absolu de Louis XIV l’intolérance religieuse fut totale, et la Révocation de l'Edit de Nantes en 1685 entraina la conversion forcée des habitants, sous la férule des dragons du roi qui se livraient à de féroces « dragonnades » (brutalités, incendies, pendaisons, envoi des hommes aux galères, viols et emprisonnement des femmes). Les Temples protestants furent détruits, mais les « réformés » continuèrent cependant à s’assembler « au Désert » (lieux cachés, isolés) malgré les interdictions et le danger, pour pratiquer clandestinement leur culte.   

La révolte des camisards en Cévennes 

La persécution religieuse s’accentuant, l’un de ses principaux agents, l’abbé du Chayla, fut assassiné en 1702 par une poignée de révoltés menée par Abraham Mazel. La rébellion se développa et connut d’importants succès mais finit par être militairement écrasée en 1704 lors de la disparition des deux principaux chefs camisards (Jean Cavalier signe sa reddition en Mai et Pierre Laporte dit Rolland est tué en Août). Elle ne continuera que de façon sporadique jusqu’en 1710. Voir à ce sujet le Musée du Désert à Mialet, aménagé dans la maison natale de Rolland, magnifique lieu de mémoire pour cette douloureuse période qui marque encore les esprits.  

Enfin la tolerance… 

L'apaisement vint enfin par la signature de l'Edit de Tolérance (1787), qui donna aux protestants des droits civils et religieux, et par la publication de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (1789). Le Pasteur Rabaut Saint-Etienne, dans le cadre de la Constituante, fut le principal auteur de l'article concernant la Liberté de Culte. Les « articles organiques » joints au Concordat de 1802 par Napoléon Bonaparte permirent aux églises protestantes de se réorganiser et de construire des Temples. Celui d'Anduze fut érigé en 1823.   

Le musée du Désert est au cœur des Cévennes, dans la Vallée des Camisards (la vallée touristique de Mialet). C'est au Mas Soubeyran, que l’on trouve le Musée du Désert, installé dans la maison natale du chef camisard Pierre Laporte, dit Rolland, au sein d'un hameau cévenol typique fait de vieilles pierres et de petites ruelles. C’est le plus grand et le plus riche Musée de l’Histoire protestante en France (Médaille du tourisme 2005). Les guides vous conduiront volontiers dans une suite de quinze salles, où près de 2 000 objets authentiques (objets de la vie traditionnelle en Cévennes, costumes, mobilier, armes des Camisards, cartes, cachettes, bibles, documents manuscrits, etc.) témoignent de la résistance, parfois violente, et de la clandestinité des huguenots pendant plus d'un siècle, face à l’intolérance d’un pouvoir absolu, de la révocation de l'Edit de Nantes (1685) jusqu'à la Révolution française (1789). C’est la période dite du Désert pendant laquelle les protestants de France et en particulier des Cévennes se sont cachés dans les endroits isolés, déserts (dans les forêts, les grottes, les ravins) pour continuer à vivre leur foi. Vous serez touchés par la force de cette histoire et de son héritage dans la mémoire collective locale, et vous découvrirez, dans ce lieu emblématique de l'Histoire des Huguenots et des Camisards, comment a été forgée l'âme des Cévennes. Document spécial pour les jeunes, ludique et pédagogique.

Musée du Desert à Mialet

Musée du Desert à Mialet

Entrevue du maréchal de Villars et de Jean Cavalier à Nîmes, le 16 mai 1704. Peinture de Jules Salles, vers 1865.

Entrevue du maréchal de Villars et de Jean Cavalier à Nîmes, le 16 mai 1704.

Vous avez aimé cet article ? Faites-en profiter vos amis !