chercheur d'or
Actualité

Un après-midi à chercher de l’or !

Pas besoin de courir dans Les Rocheuses pour la Ruée vers l’Or, le Gardon des Cévennes regorge de paillettes d’or ! Mon fils adorant les minéraux et ma nièce étant en vacances chez nous, c’est décidé : ce week-end on s’inscrit à un stage de chercheur d’or.

chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or chercheur d'or

C’est parti pour une journée en famille aux bords du Gardon en quête d’or ! Alain, notre professeur pour cette expédition, nous accueille chaleureusement. Lui et sa famille sont « Chercheurs d’or » depuis de nombreuses années et connaissent les différents coins le long du Gardon. Après avoir vérifié que tous les participants étaient présents, nous partons en voiture à travers de petits chemins de terre pour nous rendre au bord de la rivière, sur la commune de Boucoiran.

La journée commence par une présentation et une distribution du matériel que nous allons utiliser tout au long de la journée : une pioche, un tamis, un seau et le principal, un pan.
Le pan ressemble à une poêle, il servait aux chercheurs d’or américains à séparer les paillettes d’or des petits cailloux, mais aussi à cuisiner leur nourriture ! Aujourd’hui, il est en plastique. À ne pas le confondre avec la bâtée qui désigne un récipient en forme de chapeau chinois qui, grâce à la force centrifuge permet de séparer les paillettes d’or du sable.

Après avoir déposé notre pique-nique à l’ombre, nous nous installons pour un petit cours théorique sur l’or et les différents minéraux que nous pouvons trouver dans le Gardon. Fait important à retenir : « l’or a une densité supérieure, ce qui lui permet de se déposer au fond du pan ».

On passe ensuite à la partie pratique, tant attendue de tous. Alain nous montre comment creuser pour récupérer des cailloux et du sable dans le lit asséché de la rivière. Ses explications continuent ensuite dans l’eau pour nous montrer comment tenir le pan et s’en servir.
Le maniement du pan est assez compliqué au début ! Il faut toujours le garder sous l’eau, puis « laver » les cailloux afin que le limon, la boue et les petites racines partent.
Ensuite, on effectue « le débourbage » qui permet d’enlever toutes les saletés qui restent, en remuant de gauche à droite le pan. Enfin, on fait de petites vagues pour éliminer les gros cailloux et en inclinant le pan dans l’eau, il faut remuer d’avant en arrière avec un léger mouvement circulaire. Il ne doit rester que du sable ! C’est alors que les paillettes d’or apparaissent et restent accrochées autour du pan. Incroyable !

À nous maintenant, les choses sérieuses vont commencer ! Munis de notre matériel, nous choisissons un trou pour remplir notre pan, ensuite nous nous dirigeons vers la rivière pour commencer à laver nos cailloux jusqu’à ce qu’il ne reste que du sable.
Tout le monde s’applique, Alain passe parmi nous et nous remontre la technique quand elle n’est pas bonne.
Une fois que le pan est presque vide, il vient terminer avec nous. On attend avec impatience le résultat du dernier lavage et on découvre avec lui si la récolte est bonne. Dans ce cas, les paillettes brillent au soleil au fond du pan !

Quelques déceptions au début, car il arrive qu’il ne reste que du sable. Ce n’est pas grave, on recommence !
Mon fils est le premier à trouver des paillettes, sa joie se lit sur son visage ! Alain lui donne une petite fiole pour mettre ses paillettes. Il est fier de la porter autour du cou. Ensuite d’autres personnes en trouvent. Que ce soit les petits ou les grands, tout le monde est content de voir apparaître l’or dans son pan.

Après la pause déjeuner, la recherche se poursuit. Ma nièce n’ayant pas encore trouvé d’or, décide de se déplacer… Et là, c’est la réussite ! Ravie, d'avoir trouvé elle aussi quelques paillettes ! Puis c’est mon tour, je trouve des points d’or : c’est plus petit que les paillettes mais je suis bien contente d’en avoir trouvé.

Tout le groupe est assis dans l’eau et travaille avec son pan. On reçoit tous notre petite fiole qui se remplit petit à petit de quelques paillettes ou points d’or. L’après midi passe très vite !
La rivière est claire et chaude, une température idéale pour faire une petite pause dans ce jacuzzi naturel !

En fin de journée, un seul d’entre nous est bredouille… Alain va alors l’aider et il voit enfin des paillettes dans son pan.

La journée se termine, tout le monde repart avec sa fiole au tour du cou remplie de quelques paillettes. Ce n’est pas la fortune mais nous avons passé une journée agréable et nous avons eu le plaisir de trouver de l’or. Pas assez pour faire un bijou, mais suffisamment pour connaître la fièvre du chercheur d’or. À refaire au plus vite !



Renseignements pratiques


- Les stages se font de mai à septembre.
- Le matériel est fourni sur place. 
- Tous les participants sont garantis de repartir avec l’or qu’ils ont trouvé. 
- Prévoir des chaussures d’eau, un chapeau, le pique-nique et des vêtements de rechange. 
- Réservation obligatoire au 06 52 04 50 23 ou stage@chercheur-or.com


Plus d'informations ici