Points d'intérêts à SOUSTELLE Soustelle

resaBillet();
Soustelle-tombe-Ron-Traoucat
Soustelle-tombe-Ron-Traoucat-2
Soustelle-chateau-de-Soustelle
Soustelle-chateau-d-Olympie
Soustelle-chateau-de-Peries
Soustelle-chateau-de-Peries-armoiries
Soustelle-Eglise

Cette commune située au Nord-Ouest d'Alès entre le Gardon et le Galeizon qui constitue une partie de son extrémité Sud partage un petit bout de frontière avec la Lozère. Son patrimoine historique et préhistorique est d'une richesse incomparable.

Les contreforts des Cévennes
Nous sommes ici sans nul doute en terre cévenole, les paysages se déclinent de valons irrigués en crêtes boisées et offrent aux quelques 150 habitants du village des panoramas exceptionnels au cœur d'un véritable havre de paix.

Le château de Soustelle
Situé près de l’église Saint-Pierre, il est le moins bien conservé des trois châteaux présents sur la commune, mais il est également le moins modifié par rapport à sa construction d’origine, avec ses deux magnifiques tours et son mâchicoulis. On peut aussi y voir la pierre d’angle où reposait la troisième tour du château, côté nord-est, et une génoise à trois rangées. Les nombreuses meurtrières qu’il est possible d’observer témoignent de sa vocation défensive. Cet édifice très ancien, aurait été incendié trois fois avant 1100.

Le château de Périès
Le fief de Périès est évoqué dès le XIIIe siècle. Si plusieurs versions existent sur son rattachement à la famille Firmas, que certains font remonter au XIV e siècle, un fait est absolument certain : Anne des Estienne, dame de Périès, l’a apporté en dot à Bernard de Firmas, écuyer, lors de leur mariage en 1572. Ce château brûla pendant la guerre des Camisards.

Le château d'Olympie
Les premières constructions de ce château, situé à proximité du Galeizon, figurent dans les grimoires de 1308. Un grand flou demeure concernant ce dernier sur la période comprise entre sa construction et les années 1600, les archives ayant disparu dans l’incendie du bâtiment en 1703. Il aurait été construit pour surveiller l’entrée de la vallée du Galeizon, les traces des roues des diligences sont encore visibles dans la roche. Le château fut brûlé en 1703 par les Huguenots, puis reconstruit jusqu’en 1733. Durant la seconde guerre mondiale, le château servît de relais au maquis de Saint Martin de Boubaux.

Un patrimoine préhistorique exceptionnel
Ce ne sont pas moins de 24 monuments funéraires qui sont recensés sur le territoire. Parmi ceux-ci, les trois sites les plus réputés sont celui du "Ron Traoucat", de "Périès" et de "Malausette". Il s'agit là de dolmens, tumulus ou coffres. Ces sépultures datant pour les plus anciennes de la fin du néolithique (9000 à 2000 av. J.-C.) marquent l'appartenance d'une communauté à un territoire.

Sur la crête qui sépare les vallées du Gardon et du Galeizon, à 520 mètres d’altitude, six éléments, dolmens, tumulus et coffres, témoignent de l’évolution des rites funèbres, mais aussi des débuts de la construction en pierres sèches, technique que les hommes transmettent et pratiquent toujours.

Le plus beau vestige reste la chambre sépulcrale, que l’on peut qualifier de monumentale : un cercle de pierre de plus de cinq mètres de diamètre entourant un coffre, destiné à recevoir le corps. Au-dessus, des dalles forment un tumulus à deux niveaux. Une construction unique dans la région.

Au hameau de Peyraube, la nécropole est plus récente. Elle date du VIe siècle avant J.-C. Mais elle a été construite sur l’emplacement de tombes plus anciennes, datant elles du Néolithique.

resaExterne();

Contact

Adresse

Soustelle,
,
30110, SOUSTELLE

Informations pratiques

Vous serez proche de

Voir sur une carte