Les Cévennes : Carte d'identité

Contrairement à d’autres régions françaises, les Cévennes n’ont jamais connu un centre administratif et politique unique. Aujourd’hui encore, cette région reste partagée entre plusieurs départements, le Gard et la Lozère pour l’essentiel, mais aussi l’Ardèche et l’Hérault. Pourtant, de l’implantation du protestantisme aux faits d’armes de la Résistance, du temps des Camisards à celui de la révolution industrielle où se développeront la culture de la soie et l’extraction du charbon, la place de cette terre de refuge est unique dans l’histoire de la France, son paysage, sa géographie religieuse, culturelle et même littéraire.

  • Carte d'identité

Présentation

Les Cévennes forment une chaîne montagneuse faisant partie du Massif central, à cheval sur les départements français de la Lozère et du Gard, prolongeant au sud les monts du Vivarais situés en Ardèche et en Haute-Loire, et au nord les monts de Lacaune et de l'Espinouse situés en partie dans le département de l'Hérault. La dénomination inclut généralement une partie de la plaine méridionale aux contreforts sud-est et notamment le bassin alésien.

Situation

À l'origine, le terme géographique Cévennes fut employé pour désigner toute la bordure sud-ouest, sud, sud-est et est du Massif central. Aujourd'hui et au sens strict, (définition retenue par le célèbre explorateur et spéléologue Martel) la « région Cévennes » essentiellement constituée de massifs schisteux et granitiques est attribuée à la partie comprise entre le massif du mont Lozère au nord et le massif du mont Aigoual au sud-ouest Au sens large, elles sont à cheval sur neuf départements : le Tarn, l'Aude, l'Hérault, l'Aveyron, le Gard, la Lozère, l'Ardèche, le Rhône et la Loire. Au sens strict en revanche, elles ne concernent que les départements de la Lozère et du Gard. Le Parc national des Cévennes est d'ailleurs situé en Lozère pour sa majeure partie. Le point culminant est le mont Lozère au pic de Finiels (1 699 m). Un des points les plus remarquables est le mont Aigoual (1 567 m) à la limite du Gard et de la Lozère. Il s'agit d'une chaine de basse et moyenne montagne, formée de nombreuses vallées encaissées. 

Les Villes Phares

Climat

Le climat des Cévennes est méditerranéen et devient progressivement montagnard en fonction de l'altitude. Il se caractérise par de fortes précipitations en automne et une sécheresse estivale parfois importante. Les Cévennes sont le théâtre des épisodes cévenols ou effet cévenol. Il s'agit de forts cumuls de précipitations accompagnés d'orages très localisés parfois stationnaires. Ces épisodes peuvent durer de quelques heures à quelques jours. Ils sont principalement dus à la rencontre entre l'air froid venant de l'océan Atlantique touchant par l'ouest les sommets des Cévennes et l'air chaud et humide du sud remontant de la mer Méditerranée. En hiver, les chutes de neige peuvent y être très importantes, plus d'un mètre en 24 heures.

L'Histoire en bref

Le nom provient du gaulois Cebenna, latinisé en Cevenna par Jules César. Ces mots relèvent probablement d'un ancien celtique cebn signifiant « dos » (cefn en gallois, kein en breton). Il est aussi fait mention d'une déesse Cébenna qui repose sur le mont du Caroux, au-dessus d'Olargues dans l'Hérault, laquelle est allongée sur le dos.  

Les Cévennes furent le théâtre de la guerre des camisards, opposant les partisans de la Réforme (protestants) aux troupes (catholiques) du roi, les dragons, entre 1702 et 1704-1705. Dans les faits, la répression durera jusqu'à la Révolution française.  

Dès les XVIe et XVIIe siècles, les diocèses de Mende, Nîmes, d'Alais (Alès) et d'Uzès furent agités par les guerres religieuses. Bien que sans cesse persécutés depuis 1660 avec les dragonnades, les protestants y étaient nombreux quand la révocation de l'Édit de Nantes, le 18 octobre 1685, vint les frapper d'une proscription générale. On leur envoya alors des missionnaires et des soldats, qui en convertirent quelques-uns seulement. En effet, le plus grand nombre préféra se cacher dans le maquis cévenol, « le désert », s'expatrier ou souffrir pour ses croyances. Les Cévennes sont ainsi une terre historique du protestantisme. 

Les Cévennes conservent la mémoire de Robert Louis Stevenson, précurseur du tourisme moderne, qui parcourut la région à pied, accompagné d'un âne, au cours de l'année 1878 et en fit un récit remarquable dans son ouvrage Voyage avec un âne dans les Cévennes.

Les Causses et les Cévennes sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco depuis le 28 juin 2011.

Sources : wikipedia - Patrick Cabanel (Histoire des Cévennes)