Saint Jean du Gard, village cévenol

Saint-Jean-du-Gard, un village authentique.

Village au caractère cévenol affirmé, qui s'étire le long du Gardon, la petite capitale du pays camisard s'organise le long d'une rue principale au pied de la tour de l'Horloge, ancien clocher d'une église romane détruite pendant les guerres de religion. Le village fut marqué par les guerres de religions, notamment avec la guerre des Camisards. Aujourd'hui, Saint-Jean-du-Gard est un village authentique, dans un cadre naturel préservé où il fait bon vivre. Ce fut d'ailleurs la dernière étape du voyage de Robert Louis Stevenson, qui termina à St-Jean, en 1878, les 220 km de son célèbre "Voyage en Cévennes avec un âne". La cité est d'ailleurs orientée vers cette activité et c'est le point de départ de 150 km de sentiers.

Sur le site de Maison Rouge, Musée des vallées cévenoles, vous trouverez un de nos bureaux d'information touristique où un agent saura vous conseiller pour organiser votre séjour. Pour connaître les horaires et les infos pratiques, c'est par ici !

Deux activités gratuites vous sont aussi proposées pour découvrir le patrimoine culturel et naturel de Saint-Jean-du-Gard ! Un circuit de petite randonnée de 7 km au départ de La Poste, avec de superbes panoramas sur les Cévennes, le sommet de l'Aigoual et la vallée de St Jean du Gard. La fiche "Pic d'Arbousse" est à retirer au bureau d'information touristique. La deuxième activité est une balade ludique à faire en famille, avec un parcours jalonné d'énigmes. Découvrez ces fiches-énigmes adaptées pour les enfants de 4/6 ans, 7/9 ans et 9/12 ans ! 

Et, pour découvrir en avant première l'histoire et le patrimoine de Saint-Jean-du-Gard, continuez la lecture ci-dessous !

Partez à la découvertes des principaux monuments de Saint-Jean-du-Gard...

Le château de Saint de Jean


Résidence des seigneurs de Saint Jean, le château actuel, brûlé par les troupes royales en 1560, fut aussitôt reconstruit puis agrandi au XVIIsiècle. Témoin d'une histoire séculaire, le château est attaché aux guerres de religion qui marquèrent les Cévennes. Dans ses murs séjournèrent le maréchal de Thoiras, le duc de Rohan, Bâville intendant du Languedoc, le maréchal de Villars et bien d'autres personnages illustres. Ses prisons ont abrité de nombreux détenus. (Non ouvert à la visite) 

La Filature dite Maison Rouge


Construite en 1838, avec ses grandes baies en plein cintre favorisant un éclairement maximal, cette filature reste très représentative des ateliers où on tirait la soie. Par ses qualités architecturales et son décor : escalier monumental en fer à cheval, archivoltes moulurées avec clefs sculptées... elle constitue un élément majeur du patrimoine industriel cévenol. Enfin, elle porte à elle seule une bonne part de la mémoire soyeuse des Cévennes. Premier site en France à être équipé du procédé qui a permis l'industrialisation de la production du fil de soie, Maison Rouge fut aussi la dernière filature de soie française, fermant définitivement en 1965. Elle a fait l'objet d'un projet muséographique important qui a ouvert ses portes fin 2017.

Le Pont Vieux

Même si les cartes postales anciennes le désignent comme «romain», ce pont n'a été construit qu'en 1733 en remplacement du gué équipé de planches permettant le franchissement du Gardon. Victime des caprices du cours d'eau, il fut emporté plusieurs fois.

La tour de l'Horloge


Cet ancien clocher constitue tout ce qui subsiste de l'église romane construite par les bénédictins de Saint-Gilles au Xlle siècle, consacrée à Saint-Jean-Baptiste. Elle fut détruite pendant les guerres de religions, en représailles au sac de la ville commis par les troupes royales en 1560. Les différents appareillages de ces vestiges témoignent des phases successives de sa construction ou reconstruction du Xlle au XVIe siècle. De la fin du XVIe siècle à la Révocation de l'édit de Nantes, sa cloche annonça les cultes tant catholiques que protestants, puis, équipé d'un mouvement d'horlogerie, ce clocher égrena les heures de la communauté villageoise.

 

En remontant la Grand'Rue... 


 Après le quartier des Bourgades derrière la Tour de l'Horloge, c'est le long du "grand chemin Public d'Anduze au Gévaudan" que la construction du Village s'est organisé. De nombreuses maisons de la Grand' Rue ont conservé leurs belles portes anciennes (XVIIe et XVIIIe siècles), munies de leurs marteaux et entrées de serrures aux formes variées. On remarquera la maison n° 60 où mourut en 1810 le Général d'Empire Elie Lafont.

 

Hôtel du Chevalier d’Algues

Derrière la belle porte du 98 Grand’rue s'ouvre un couloir donnant accès à une superbe cage d'escalier du XVIIsiècle. Cet escalier monumental éclairé par un puits de lumière, donne accès à la poste et à l'office du tourisme sur la place Rabaut St Etienne. Sur cette place, à l'angle du parking et face à l'intersection de la ruelle de Combedase et de l'entrée réservée à la Poste, on peut voir un des derniers tronçons de la rue "des Paillons" qui fut créé en 1704 par la construction d'un mur qui devait isoler complètement les maisons des terrains les jouxtant. En effet, chaque maison possédait, sur sa façade arrière, des portes et fenêtres qui permettaient de ravitailler les camisards après le couvre-feu bien que toutes les portes de la ville fussent fermées.

La Maison du Vicaire


Derrière la Tour de l'Horloge, dans le plus ancien quartier de la ville, à l'angle de la rue Pasteur et de la rue Traversière se trouve une maison où logeait le vicaire et où se réunissait la communauté catholique pour célébrer la messe après la démolition de l'église et avant qu'une nouvelle ne soit construite, entre 1560 et 1685. Sur le linteau de la porte sise rue Traversière, on remarque une croix et une date: 1567 rappelant la fonction d'édifice religieux de cette maison.

 

La fontaine de Stevenson

Robert Lewis Stevenson, auteur écossais de ‘L’île au trésor’ et de ‘L’étrange cas du Dr. Jekyll and Mr. Hyde’, a traversé les Cévennes depuis le Puy-en- Velay jusqu’à Saint-Jean- du-Gard à pied avec son ânesse Modestine. Parti le 22 septembre 1878, il arriva à destination 12 jours plus tard. Son parcours est aujourd’hui connu sous le nom de "chemin de Stevenson" ou GR70. De ce périple reste également un récit écrit par l’auteur et publié en 1879 ‘Voyage avec un âne dans les Cévennes’. La fontaine lui fut dédiée, avec la date de son arrivée à Saint-Jean- du-Gard, le 2 octobre 1878.

Monument aux Morts


A proximité du temple, le Monument aux Morts est l'œuvre du sculpteur Carli. Il témoigne de la lourde contribution des Cévennes comme de l'ensemble de la France rurale à l'hécatombe de la Grande Guerre.

Place Carnot, le Temple


Sur cette place se trouve le temple. Il fut construit sur les plans d'un architecte d'Alès, M. Renoux, avec une façade néoclassique et sur un terrain acquis à cet effet en 1820. L'édifice terminé fut consacré le dimanche 27 avril 1827. Avant sa construction, la communauté réformée se réunissait dans une propriété privée jouxtant la place d'Armes appelée "Le Pavillon".

L'Eglise Catholique


En face du château se trouve l'église catholique construite après la révocation de l'Edit de Nantes avec les matériaux du temple que l'on venait de détruire. La cloche changea d'édifice et après avoir convié au prêche les habitants, elle les appela à la messe. On peut voir contre le mur d'enceinte du château, derrière le poids public, les vestiges (pied droit et départ de voûte) d'une des anciennes portes de la ville.

L’Hôtel de Ville


Faisant angle avec la Grand'Rue, c'est l'Hôtel de Ville avec sur la porte d'entrée les armoiries de la ville surmontées de la devise : "Al sourel de la liberta": au soleil de la liberté.

Le pont Neuf, et la Gare 

Par l'avenue René Boudon et le Pont Neuf (d'où l'on a une belle vue sur le Pont Vieux), on accède à la gare. Le tronçon de ligne de chemin de fer d'Anduze à St Jean du Gard fut achevé en 1909. Il renforça le rôle économique de St Jean au confluent de la vallée Borgne et de la vallée Française. Aujourd'hui, cette ligne est animée par un train touristique à vapeur fort pittoresque. 

Pont neuf

Pont neuf

Gare de Saint-Jean-du-Gard

Gare de Saint-Jean-du-Gard

Le marché sur le Pont Neuf

Le mardi et le samedi c'est jour de marché à Saint-Jean-du-Gard ! Et en période estivale, découvrez les marchés nocturnes le jeudi soir. Ne ratez pas ces rendez-vous hebdomadaires, et retrouvez tous les marchés en cliquant ici

L'histoire de Saint Jean du Gard

C'est le 8 mai 1791 que St Jean de Gardonnenque devient St Jean du Gard. Bien qu'on trouve sur la commune divers vestiges attestant d'une implantation humaine depuis le néolithique, la première mention écrite connue de St Jean de Gardonnenque est une bulle papale de 1119 relative à un prieuré fondé par les bénédictins de St-Gilles.

Le bourg s'est développé au cours des siècles, le long de la grande voie de communication, l'actuelle Corniche des Cévennes qu'on nommait au Moyen-Âge « Grand chemin d'Anduze au Gévaudan ». Tanneurs, potiers, et surtout artisans de la laine, donnèrent tôt à St-Jean sa vocation commerciale.

C'est au milieu du XVle siècle que la quasi-totalité de la population saint-jeannaise se convertit à la « Réforme ». Dès lors, et surtout après la Révocation de l'Edit de Nantes en 1685, elle connaîtra les affres de la persécution, la clandestinité, la résistance, la sédition... qui caractérisent l'histoire protestante cévenole dont l'épisode le plus célèbre est sans doute la  guerre des Camisards.

Olivier, vigne et châtaignier ont longtemps constitué les piliers de l'agriculture locale. Le très fort développement de la culture du mûrier, de l'élevage du ver  à soie et des activités soyeuses amena à partir du milieu du XVIlle travail et richesse, au point qu'en 1856 la commune comptait 23 ateliers travaillant la soie qui employaient 1090 femmes et 150 hommes. La dernière de ces filatures ferma en 1965.

  • Saint Jean du Gard Cévennes Grand Sud
  • Saint Jean du Gard ville Cévennes Grand Sud
  • La fontaine Stevenson
  • La filature Maison rouge
  • Le Pont Neuf
  • La place d'Armes

Place Saint Jean du Gard

Rue de Saint Jean du Gard

Tour de l'horloge de Saint Jean du Gard

Le train à vapeur des Cévennes

Le 11 juillet 1881, fut inaugurée la ligne de chemin de fer jusqu’à Anduze. Un projet d’extension jusqu’à Saint-Jean- du-Gard vu le jour, soutenu par les anduziens ainsi que le maire et filateur du village, René Boudon. L’argument lié à la crise de la soie est avancé, et finalement les travaux commencent en 1905. Inaugurée le 26 mai 1909, la ligne de chemin de fer entre Anduze et Saint- Jean-du- Gard n’aura qu’une courte carrière. Dès 1940, le transport fut assuré par les autocars. Le trafic de marchandises se poursuivit sur la ligne jusqu’en 1960. Cette dernière ferma en 1971. En 1982, l’association « Train à Vapeur des Cévennes » relança l’activité de la ligne grâce à des circulations touristiques estivales. L’activité est reprise aujourd’hui par la société CITEV.

  • Train à Vapeur des Cévennes à Saint Jean du Gard
  • train a vapeur
  • Train à vapeur
  • Train à vapeur

Vous serez proche de

Voir sur une carte
  • Marché traditionnel de Saint-Jean-du-Gard
    Fête et manifestation

    Marché traditionnel de...

    Tous les mardis matin de 8h à 13h, à St Jean du Gard marché de plein air et couvert proposant des...

    ST JEAN DU GARD
  • Cinéco, cinéma itinérant en Cévennes
    Fête et manifestation

    Cinéco, cinéma itinérant en Cévennes

    L’Association Cineco est né en 1983 au cœur des Cévennes. À l’origine, ce sont quelques amateurs de...

    ST JEAN DU GARD
  • Expositon Cévennes Etoilées de Carole Reboul
    Fête et manifestation

    Expositon Cévennes Etoilées de Carole...

    L’exposition temporaire de Maison Rouge - Musée des vallées cévenoles célèbre à travers la poésie...

    ST JEAN DU GARD
  • Atelier : mon mouton, ma boule
    Fête et manifestation

    Atelier : mon mouton, ma boule

    Après une introduction sur la transhumance en Cévennes, les familles sont invitées à créer leur...

    ST JEAN DU GARD
Vous avez aimé cet article ? Faites-en profiter vos amis !