Le châtaignier

L'arbre d'une civilisation

Sur presque un millénaire le châtaignier a dominé la vie des Cévennes. Tout de cet arbre, fruits, bois, feuilles, a abondamment été utilisé par les hommes pour qui il fut longtemps la première ressource. On peut ainsi aisément parler d'une véritable civilisation du châtaignier. L'homme en a tiré l'essentiel de sa subsistance, il en mangeait chaque jour sous la forme d'une soupe appelée bajanat. Les animaux d'élevage étaient eux aussi nourris grâce à "l'arbre à pain".

Le déclin et la relance

Avec l'exode rural et les maladies, la châtaigneraie cévenole est abandonnée. Mais à la faveur d'une relance de la culture fruitière engagée voici une trentaine d'années, et plus récemment une prise en compte du châtaignier par les forestiers, le châtaignier cévenol pourraient voir sa réhabilitation dans les zones qui lui sont le plus favorables.  

Un arbre emblématique

Le châtaignier reste avec le protestantisme le marqueur identitaire majeur des vallées cévenoles. Véritable ciment du pays il en est devenu le symbole : bois des berceaux comme celui des cercueils, bajanas nourricières, afachadas autour desquelles s'organisait la veillée, cachette pratiquée dans un tronc creux, la châtaigneraie cévenole est un témoin intime  de l'Histoire et des histoires des hommes. Ce châtaignier là est bien celui de la « cévenolité », à lui seul il porte l'essentiel d'une mémoire et d'une identité.